L’heure du bilan !

Ça y est, après plus d’un an et demi d’aventures riches en émotions, c’est l’heure du bilan!

img_1025bis

Alain, Joëlle, Marcelle et Monique surfent sur internet

En 2010 et 2011, 33 participant-e-s, occasionnels ou réguliers, de 58 à 90 ans sont partis avec nous à la découverte des nouvelles technologies, chacun poussé par ses propres motivations : vouloir « être dans le coup », un « besoin de comprendre les mots, les mails », « pouvoir surprendre ses petits-enfants », découvrir « la toile »…

Au fur et à mesure des ateliers, les participant-e-s- se sont familiarisés avec le langage des nouvelles technologies et ont peu à peu dépassé leur peur « de sortir tout seul sur internet ». bottes timberland pas cher Durant le projet, ils ont ainsi été amené à poster un billet sur ce blog, découvrir la photographie, ou encore faire de la couture « électronique » sur une cartographie textile. Mais ils ont aussi eu l’occasion de visiter un festival d’art numérique (Scopitone 2010), participer à une émission de radio (dans le cadre du Festival Sonor) et contribuer à la scénographie de l’exposition du projet. Bref, ils sont devenus branché-e-s !

p1010850light

Couture avec du fil conducteur sur la cartographie textile de Constant

Le projet en quelques chiffres :
– 8 ateliers, 3 résidences
– 9 fiches pédagogiques
– 1 blog avec 35 articles, 172 photos, 2 vidéos et 1700 visites
– 1 exposition avec 250 visiteurs
– 5000 flyers et 500 posters
– 270 madeleines et 9 litres de thé…

nike air max 2017 pas cher et surtout beaucoup de rencontres! Car si le projet a d’abord été un moyen pour les participant-e-s de se familiariser avec les nouvelles technologies, il leur a aussi permis de bénéficier de temps de convivialité privilégiés, entre eux, mais aussi avec les différents partenaires, et l’équipe de PiNG. nike air max 90 Ainsi nous avons assisté à la naissance de nouvelles amitiés, à des retrouvailles entre des voisines d’enfance…

Au niveau technique, chaque participant est ressorti de l’expérience des ateliers-découverte avec de nouvelles connaissances, mais aussi une plus grande confiance en soi en matière de technologie. new balance homme Certains ont fait l’acquisition d’ordinateurs, tandis que d’autres ont repris leurs pratiques informatiques abandonnées par manque de compréhension, ou ont étendu leur champ de compétences (traitement de texte, création de boite mail, utilisation de Skype).

5569240444_1ae4f29129_b

Vernissage de l'exposition

Le projet est arrivé à son terme avec la présentation de l’exposition reNUM, créations numériques en partage, d’abord au Breil à Nantes, puis à la Laverie à la Ferté-Bernard, au printemps dernier. asics gel kayano Environ 200 visiteurs sont venus découvrir l’expérience qu’ont vécu les participants à travers les créations exposées.

Leave a comment